Un appartement à Paris

4ème de couverture

—————————————————————————-

« L’art est un mensonge qui dit la vérité. »   Paris, un atelier d’artiste caché au fond d’une allée verdoyante. Madeline l’a loué pour s’y reposer et s’isoler. À la suite d’une méprise, cette jeune flic londonienne y voit débarquer Gaspard, un écrivain misanthrope venu des États-Unis pour écrire dans la solitude. Ces deux écorchés vifs sont contraints de cohabiter quelques jours.   L’atelier a appartenu au célèbre peintre Sean Lorenz et respire encore sa passion des couleurs et de la lumière. Terrassé par l’assassinat de son petit garçon, Lorenz est mort un an auparavant, laissant derrière lui trois tableaux, aujourd’hui disparus. Fascinés par son génie, intrigués par son destin funeste, Madeline et Gaspard décident d’unir leurs forces afin de retrouver ces toiles réputées extraordinaires.   Mais, pour percer le véritable secret de Sean Lorenz, ils vont devoir affronter leurs propres démons dans une enquête tragique qui les changera à jamais.

 

L’avis de Soraya

—————————————————————————-

D’habitude toujours partante pour un nouveau roman de Guillaume Musso dont je suis une grande fan, celui-ci a été plutôt compliqué à lire.

Même si la déception n’est pas aussi grande que pour l’instant présent qui m’avait beaucoup déçue, j’ai eu énormément de mal à rentrer dans l’histoire, et je trouve un air de déjà vu.

Contente dans un premier temps de retrouver notre chère enquêtrice Madeline Greene, je me rends compte que le personnage a bien changé depuis « L’appel de l’ange » que j’avais adoré et que ce n’est plus la femme qu’avant.

Séparée de Lempereur, qui est reparti avec son ex-femme, elle est repassée par une tentative de suicide et une période très sombre et elle a abandonné son poste à la police. Je suis un peu déçue que ce personnage ne soit pas réellement dans la continuité de son ancien roman…

Bien sûr, une fois prise dans l’engrenage de l’histoire, j’étais attirée pour connaître la fin, mais on est bien loin des Musso que j’avais pu dévoré en quelques heures par le passé. Je retrouve ici comme un goût de déjà vu par rapport à d’autres histoires qu’il avait déjà écrites.

Ici je vois une histoire bien ficelée, comme toujours, même si un peu bancale par certains aspects (comme le petit garçon, qui va survivre plusieurs semaines seul ou même comment lui et la vieille femme ont fait pour survivre 2 ans dans ce bateau, sans sortir, sans aller voir ailleurs).

De plus, Maddie qui part avec Coutances à la fin, alors qu’elle ne le supporte pas durant toute la durée du livre, je suis moyennement fan.

En bref, je suis plutôt déçue de ce tome-là, et j’espère que le suivant sera meilleur 🙂

yesGros travail au niveau des « indices » qu’on retrouve tout au long du livre

Clins d’oeil sympas à ceux qui ont déjà lu du Musso

Retrouvailles avec Madeline Greene, héroïne de « L’appel de l’ange »

No

Caractère de Maddie qui change beaucoup

Histoire parfois bancale dans le sens où tout n’est pas plausible

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s